Metropolis

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lawrence Hill [Directeur] ~ L'Empereur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Directeur

▪ Messages : 1518
▪ Date d'inscription : 26/05/2010
▪ Emploi/Occupation : Directeur du Pensionnat de Metropolis.
▪ Humeur : Neutre.

MessageSujet: Lawrence Hill [Directeur] ~ L'Empereur   Jeu 27 Mai - 9:57




Lawrence Hill


______________________________________________

Nom : Hill.
Prénom : Lawrence.
Surnom : Metatron.
Âge : 25 ans.
Sexe : Masculin.
Orientation Sexuelle : Bisexuel à tendance homosexuelle.
Race : Pusher.
Clan : Réplicants.
Emploi/Occupation : Directeur du Pensionnat Metropolis.



Description Physique

Lawrence est un jeune homme mesurant environ un mètre quatre vingt cinq pour un poids de soixante cinq kilos. Doté d’un corps svelte, de cheveux bruns, d’un nez aquilin ainsi que de magnifiques yeux aux couleurs de l'océan, sa carrure fait de lui un homme plutôt imposant, presque impressionnant. Il possède un tatouage à l'aine représentant une salamandre noire et neuf piercings : trois à chaque oreille, un au téton droit, un autre à la nuque et un dernier à la langue. Ils signifient aux yeux de Lawrence l'affirmation de la douleur physique, remplaçant celle-ci par le plaisir de porter un bijou, comme s'il chérissait cette douleur, pour s'en souvenir. Le Directeur est généralement vêtu de façon classique afin de ne pas entraver la réputation de son Pensionnat, qui est après tout l'un des plus en vogue désormais malgré son anonymat précédent. Ainsi revêt-il en général un magnifique costume, chaque jour différent selon son humeur ou ses goûts. Pourtant Lawrence aurait plutôt tendance à choisir un beau jean troué et une chemise (ou un Marcel) afin de s'habiller davantage comme quelqu'un de son âge. Il se permet ce genre d'accoutrement uniquement hors du Pensionnat. Il est en somme physiquement irréprochable, aucun défaut ne vient entraver sa petite personne. Mais personne n'est parfait...



Caractère

Lawrence agit comme bon lui semble. C'est d'abord et avant tout un individualiste. Il accorde une immense valeur à sa liberté mais ne se sent pas forcément concerné par la défense de celle des autres. Il évite l'autorité, déteste les restrictions et remet toujours en cause la tradition. Sa lutte contre la société organisée est motivée par un certain désir d'anarchie, car un tel engagement doit s'accompagner d'idées nobles (défendre les opprimés victimes de la modification génétique) ou mauvaises (se battre contre les organismes qui prônent la modification génétique par pure vengeance). Il ne fait simplement que défendre son propre point de vue. Lawrence peut parfois être totalement imprévisible, mais son comportement est tout sauf aléatoire. Face à un pont, il l'utilise ; il ne lui viendrait pas à l'idée de traverser à la nage. Il est doté d'un caractère qui lui permet d'agir avec tact face à n'importe quelle situation. Cependant il n'en reste pas moins humain : l'Erreur est humaine. Son erreur, d'après lui, fut d'avoir cru pouvoir faire confiance ne serait-ce qu'un instant aux personnes qui l'ont détruit : Les Forces Armées de Répression. Déterminé à se venger, il réussira, par n'importe quel moyen, à les exterminer.



Histoire

« Quand mille Hommes prennent la route, il en faut toujours un pour prendre la tête... »

Tout commença un soir d’été, en l’an 2030. La nuit ne tarda pas à montrer son voile sombre, veuve du soleil rougeâtre qui régnait sur Metropolis. Aussi rare que l’était l’astre du jour dans cette ville polluée où la pluie avait coutume de s’installer, Alexandra Hill mit au monde un enfant. Enfant qu’à l’origine, elle ne pouvait avoir pour des raisons sociales. Elle n’avait ni mari, ni fiancé, ni concubin. Pour autant, elle vivait bien sa solitude et se sentait pleinement épanouit malgré la société qui gardait en permanence un œil sur chaque citoyen, épié, appelant « république » ce qui en réalité était pure dictature. Aucun homme ne partageait sa vie, et elle n’avait pas pour habitude d’offrir ses charmes à n’importe quel inconnu. Mais grâce aux progrès de la science, et donc à une insémination artificielle, elle put donner naissance à un magnifique enfant qu’elle nomma Lawrence. Il ne connaîtra malheureusement jamais son père… ni sa mère. Alexandra n’avait sans doute pas prévu que cette naissance lui coûterait la vie. Elle fut assassinée peu après l’accouchement, par un médecin qui lui injecta une certaine dose de poison afin qu’elle ne meurt instantanément. Quel crime avait-on commis en mettant au monde un enfant ? Aucun, il fallait simplement en assumer les conséquences. Les Forces Armées de Répression se faisaient décidément de plus en plus prudentes sur leurs actions et ne se permettaient pas de prendre le risque de se créer des ennemis. Alexandra se serait évidemment rebellée si les scientifiques lui avaient demandé son enfant de plein gré, elle qui avait mis tellement de temps et d’amour pour obtenir cet enfant, elle qui était au courant de tout ce qu’ils trafiquaient comme n’importe quel citoyen, elle qui savait dans quel but avait été enclenchée la « Purification ». Mais Alexandra ne pouvait être que spectatrice, comme tout le monde. Alors la tuer était nettement plus simple. Lawrence n’ayant pas non plus de père, il sera élevé chez les Forces Armées de Répression afin d’en faire un parfait petit mouton de la société.

Numéro 282. C’était son nouveau nom. Gravé sur une gourmette qu’il ne pouvait ôter, gravé dans le métal qui lui était destiné. Les jours passaient et se ressemblaient. Il se réveillait, urinait, allait prendre son petit déjeuné, allait s’entraîner au combat la matinée, déjeunait, étudiait le reste de la journée, se lavait, s’endormait. Aucun contact avec les autres n’était toléré durant sa formation. Si ce cycle n’était pas respecté, il n’avait plus qu’à prier pour ne pas qu’on l’envoi en détention. La détention, le cauchemar de tout soldat. Il s’agissait en réalité d’un vulgaire simulateur qu’on imposait à ceux qui osaient croire qu’ils avaient le droit de suggérer violemment ou non leur avis. En d’autres termes, la détention était ce qui vous remettait dans le « droit chemin ». Vous y entrez, mais n’en ressortez pas tant que vous n’avez pas compris la leçon. Le but de cette manœuvre ? Survivre le plus longtemps possible pour montrer votre résistance avant que vous ne soyez tué virtuellement dans d’atroces souffrances. Ainsi personne n’osait-il réellement se rebeller contre ce système, ils n’en avaient de toute façon pas les moyens ni le courage. Les citoyens n’accomplissaient que leur destin, ce pour quoi ils étaient nés.

A l’âge de ses 8 ans, après de nombreuses interrogations sur le sujet « que va-t-on faire du dévoué numéro 282 ? », il fut décidé que Lawrence allait être examiné de plus près. On l’accompagna alors dans un sinistre laboratoire situé au sous-sol de l’Ambassade de Metropolis où il fut attaché fermement à un brancard pour qu’il ne puisse plus se débattre. Mais l’enfant ne se défendait pas, obéissant. Personne ne lui avait enseigné ce qu’était réellement la peur alors qu’il vivait avec, il s’était toujours montré exemplaire. Cependant il allait peu à peu expérimenter ce qu’on appelait communément le regret, le dégoût, la honte, la trahison, et enfin la rancune. Rapidement, mais non sans douleur, on fit de lui ce que les Forces Armées de Répression avaient nommé un Pusher : une créature capable d’implanter des souvenirs et des émotions dans l’esprit des autres dans l’optique de les manipuler. Le processus s’avérait plutôt simplet : une puce électronique d’environ deux millimètres d’envergure qui s’infiltrait dans le système de Lawrence en passant par les recoins de son œil, glissant le long du nerf optique. Il mit quelques jours à s’en remettre. La puce, après avoir effectué quelques modifications au niveau cérébral, fut rejetée par voix rapides. Il suffisait ensuite aux scientifiques d’injecter quelques produits et de faire le travail nécessaire pour que l’opération ne se passe sans aucun dommages.

Depuis, Lawrence pu expérimenter son nouveau don qu’il n’arrivait toujours pas à accepter. Il se trouvait cruel, sans état d’âme, alors qu’il possédait pourtant en lui un sentiment de culpabilité chaque fois qu’il se servait de sa nouvelle capacité. Un instinct rebelle, presque animal, grandissait en lui avec le temps. Il chercha de nombreuses fois à s’écharper, sans succès, en subissant ensuite les conséquences de ses affronts. Le numéro 282 n’était plus aussi obéissant ni compétent de son plein gré. On l’enferma plusieurs fois dans le but de le dresser, mais rien n’y faisait, son moral était d’acier malgré un certain traumatisme. Il avait désormais dix huit ans. Et alors que tout espoir de s’en sortir était réduit à néant, quelque chose d’inattendu se produisit. Un homme, d’environ une dizaine d’année de plus que Lawrence, vint lui dans le but de le délivrer de cet enfer. Qui était-il ? Dans quelle optique commettait-il cet acte de trahison en l’emmenant loin de ce centre ? Il n’en savait rien. Il apprendra plus tard qu’il faisait parti des Réplicants, un clan de rebelles se liant contre la société actuelle, contre ce que les Forces Armées de Répression faisaient subir à tous ses humains pour le simple avancement de la société. Lawrence s’associa plutôt rapidement à ce parti, luttant chaque jour afin de trouver de nouvelles recrues potentielles. Peu après cette longue entreprise acharnée, l’homme qui l’avait recueillit vint à mourir. Lawrence ne pu s’empêcher de lui promettre de poursuivre son rêve quoi qu’il arrive : ériger un pensionnat qui recevrait les Réplicants afin de les former au combat physique et moral et monter une armée pour supprimer enfin les Forces Armées de Répression de Metropolis.

C’est en l’an 2055 que celui connu par le passé sous le nom de numéro 282 arriva à ses fins. Le Pensionnat de Metropolis est à son apogée. Lawrence dirige l’édifice tel un maître avançant les pions sur son échiquier, préparant sa funeste vengeance.



Chronologie

Journée 1 :
- Matin : Premier entretien avec le Directeur (Allen) [Terminé].
- Après-midi : Un peu de sport (Nicolas) [Abandonné].
- Soir : Rencontre avec l'iceberg (Zash) [Abandonné].

Journée 2 :
- Matin : Quel ennui (Mike) [Terminé].
- Après-midi : Le début d'une nouvelle aventure (Junko) [Terminé].
- Soir : La Lune Rouge (Allen) [Terminé].

Journée 3 :
- Matin : Réflexion au bord de l'eau (Morgan) [Abandonné].
- Midi : Douche en solitaire, ou presque (Mike) [Terminé].
- Après-midi : Lawrence, une clope, & Mike (Mike) [Abandonné].
- Soir : Une arrivée douloureuse au Pensionnat (Rei) [Terminé].

Journée 4 :
- Matin : Douloureux réveil (Allen & Haiko) [Terminé].
- Après-midi : En retrait du Pensionnat (Nigeru) [En Pause].
- Soir : Première Rencontre (Silence & Ezel) [Terminé].

Journée 5 :
- Matin : Un nouvel élève... dirait-on (Anton) [En Cours].
- Midi : Carnage in the White room (Rei) [Terminé].
- Soir : Le Jeu continu (Ezel) [Terminé].

Journée 6 :
- Matin : Le Jeu continu (suite) (Ezel) [En Pause].
- Midi : Mortelles Illusions (Fenrir) [Abandonné].
- Soir : Course Poursuite (Jaczek) [En Cours].

Journée 7 :
- Matin : Le Nouvel Infirmier (Paracey) [Terminé].
- Midi : En Apesanteur ? ~ (Paracey) [Terminé].
- Après-midi : A venir (Paracey) [En Cours].





______________________________________________

Comment avez-vous trouvé le forum ? : J'en suis le Fondateur ce n'était pas très difficile...

Avez-vous un autre compte ? : Non.
Présence : Actif.

Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous inscrire ? : Mon ego sur-dimensionné de Directeur.





[Lzn02 - Fin du Voyage]

_________________
Les discours moralisateurs sont souvent là pour cacher ses propres vices.



Dernière édition par Lawrence Hill le Dim 11 Sep - 23:52, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Directeur

▪ Messages : 1518
▪ Date d'inscription : 26/05/2010
▪ Emploi/Occupation : Directeur du Pensionnat de Metropolis.
▪ Humeur : Neutre.

MessageSujet: Re: Lawrence Hill [Directeur] ~ L'Empereur   Ven 22 Juil - 2:21


Alliés
Messiah


Elle est une des plus grandes amies de Lawrence, pour ne pas dire la plus grande. Elle lui est fidèle et n'obéit qu'à lui, ce qui tente à le rassurer dans la mesure où elle restera très certainement son complice jusqu'à la mort. Mais le Directeur étant humain, il lui arrive parfois d'en douter, on a souvent supposé qu'un jour la Machine se retournerait contre l'Homme...

Alys


Probablement la jeune fille la plus fragile du pensionnat, mais aussi la plus protégée. Lawrence n'hésiterait pas à mettre sa vie en péril afin d'éviter la mort à cette douce enfant qu'il chérit comme sa propre fille. Malheur à celui qui ose lui faire du mal, cela pourrait lui être fatal.

Iwein Eilenbecker


Ce doux excentrique n'est autre que l'un des alliés les plus importants de Lawrence puisqu'il est actuellement au service des Forces Armées de Répressions. Ainsi peut-il transmettre au Directeur des informations classées confidentielles, et qui sait, peut-être même la présence douteuse de certains à l'intérieur du pensionnat.

Allen Shikaku


De nombreux conflits ont opposé les jeunes deux hommes. Pourtant, Lawrence a beau paraitre sévère envers le garçon, il ne s'agit là que la traduction d'un amour paternel. La détermination d'Allen rappelle au Directeur combien son enfance fut similaire, cependant la curiosité du garçon l'irrite énormément puisqu'il déteste que les autres se mêlent de ce qui ne les regarde pas.



Ennemis
Samaël Darcia


Le plus grand ennemi du Directeur, mais aussi sa plus grande motivation de haine et de vengeance. Ne prononcez jamais le nom de Samaël devant Lawrence, vous le regretteriez d'une manière ou d'une autre. On ignore le passé commun des deux jeunes hommes mise à part la purification, mais une chose est certaine, lorsque leurs chemins se croiseront à nouveau, la Faucheuse frappera sans tarder.

Lexa


Lexa est l'exemple typique à ne pas suivre si vous souhaitez rester en vie. Continuellement à la recherche de son clone Alys, celle-ci ne cesse de s’attirer les foudres de Lawrence. On ne sait pas vraiment si lorsqu'ils se rencontreront le Directeur la tuera sans état d'âme ou s'il lui en fera grâce puisqu'elle ressemble tant à sa protégée.



Amants
Paracey Thamoyl


Ils ne le savent probablement pas encore mais les deux jeunes hommes sont voués à se côtoyer encore quelques temps. Pour le moment des compagnons d'infortune, ils partagent d'avantage les situations critiques plutôt que les escapades romantiques.

Ezel Dant


L'animal de compagnie de Lawrence dans toute sa splendeur. Cependant il n'y a entre eux qu'un simple jeu de séduction, rien de sérieux sentimentalement. En contre-partie le Chaton fournit à son maître un maximum d'informations concernant tout ce qu'il peut espionner sur le compte des autres membres du pensionnat.


_________________
Les discours moralisateurs sont souvent là pour cacher ses propres vices.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Lawrence Hill [Directeur] ~ L'Empereur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Metropolis :: Before the Dawn :: 
Victims of Science
 :: 
Présentations Validées
 :: 
Réplicants
-