Metropolis

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Iwein Eilenbecker [Citoyen - Acuponcteur] ~ Le Diable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Directeur

▪ Messages : 1518
▪ Date d'inscription : 26/05/2010
▪ Emploi/Occupation : Directeur du Pensionnat de Metropolis.
▪ Humeur : Neutre.

MessageSujet: Iwein Eilenbecker [Citoyen - Acuponcteur] ~ Le Diable   Ven 18 Fév - 14:34





Iwein Eilenbecker

Nom : Eilenbecker.
Prénom : Iwein.
Surnom : Scarlett.
Âge : 23 ans.
Sexe : Masculin.
Orientation Sexuelle :
Race : Shifter.
Clan : Réplicants.
Emploi/Occupation : Citoyen - Acuponcteur.
Filière : /.



Description Physique

Iwein est ce qu’on pourrait appeler communément un excentrique. Contrairement à son caractère qui se voudrait renfermé, il porte fièrement son accoutrement à mi-chemin entre la poupée de porcelaine, le sorcier vaudou ainsi que le chapelier fou. Et cela lui sied plutôt bien. Il possède également une magnifique chevelure améthyste qu’il entretient rigoureusement comme celle de ses précieuses petites poupées. Il a pris pour habitude de farder ses joues de blanc et de cerner ses yeux d’un violet aussi tendre que celui de ses cheveux. Vous l’aurez compris Iwein aime le violet, cette couleur bâtarde entre le rouge et le bleu, cette couleur qui n’a pas d’identité propre et qui a besoin des autres pour exister. Cette couleur qui lui rappelle combien sa sœur aimait le parfum de la violette les jours d’été. Iwein affectionne également le rouge, symbole du sang qu’il n’hésite pas à faire couler grâce aux aiguilles qu’il utilise. Pour le reste tout n’est qu’accessoire, et il aime les accessoires qui sortent du commun en particulier les chapeaux. Iwein est un jeune homme plutôt grand (environ un mètre quatre vingt huit) à la silhouette squelettique, il nous rappellerait presque ces pèlerins d’autres fois, pris pour des sorciers que l’on brulait alors qu’ils cherchaient l’asile. C’est un personnage qui possède un physique d’antan du à son affection pour les poupées, mais il vit bel et bien dans cette époque d’avancée technologique, il s’agit juste de quelqu’un de décalé, perdu dans son monde. Il se nourrit essentiellement de pommes, il s’agit de son fruit préféré, quoi de plus normal pour quelqu’un de plongé dans le péché ?



Caractère

Avez-vous déjà ressenti, au moins une fois dans votre vie, ce qu’est la douleur ? Avez-vous déjà, après avoir été ne serait-ce que touché partiellement par celle-ci, cherché à la comprendre, à l’analyser ? Avez-vous déjà, au lieu d’étouffer celle-ci par des cris, essayé de la faire taire en apprenant à l’apprivoiser ? L’avez-vous déjà, ne serait-ce qu’un instant, apprécié ? Iwein y est parvenu. Il fait parti de ces êtres humains qui croient éperdument aux vertus de la douleur. Pour lui, elle fait partie intégrante de la vie. Ne plus rien ressentir reste sa plus grande peur, être réduit à l’état de machine… La douleur est ce qui lui permet de rester en vie, de se prouver à lui-même, qu’il ne fait pas encore partie de cette charogne et de cette pourriture que sont les Forces Armées de Répressions à ses yeux. Lorsqu’il se bat pour ses opinions, il aime voir ses victimes choir sous la fine lame de ses aiguilles qui lui servent à exercer son métier d’acuponcteur, il aime entendre ses jouets percer la peau d’un de ces humains pervertis dans un léger craquement discernable lorsque le silence règne en maître, il aime sentir que sa proie va céder… il aime goûter lui aussi au pouvoir que les Forces Armées de Répressions prétendent s’octroyer. Ces êtres impurs. Iwein ne vit que pour faire souffrir… puisque c’est sa propre souffrance qui le maintient en vie.



Histoire

Iwein est un jeune homme qui a commencé à porter un lourd traumatisme durant son enfance. Ses parents n’étaient presque jamais présents chez eux en raison d’un travail plutôt important qui les maintenait toujours loin de leurs enfants. Iwein est le cadet de la famille, il possède un frère mais aussi une sœur. Sa sœur était la seule personne qui prenait réellement soin de lui, les autres étant trop occupés par leur propre vie, leur propre avenir, pour voir que derrière eux ils laissaient cet enfant sans repères. Ce n’était pas réellement du déni mais Iwein manquait cruellement d’affection sincère et démontrée. Sa famille le voyait et prenait en compte sa présence, mais son avis n’avait pas d’importance hormis pour sa sœur, il était comme ces poupées faites de porcelaine : Tellement belle en apparence, tellement soignée, mais muette et fragile, consumée de l’intérieur par cette immobilité dont on ne serait saisir l’expression. Sa sœur mourut d’une maladie grave qui sévit un hiver, et Iwein se retrouva définitivement plongé dans sa solitude, face à son cauchemar. Il se renferma sur lui-même et trouva refuge auprès de ces objets de porcelaine qu’il affectionnait tant : ses poupées. Peu à peu il se créa sa propre famille, sa vrai famille, se servant de multiples matériaux pour leur créer des habits, des endroits où vivre, des… souvenirs ? Iwein était comme elles. Il voulait se créer des souvenirs, de beaux souvenirs qu’il aurait le loisir de ne partager qu’avec elles… ses souvenirs. Lorsqu’un jour, confectionnant un magnifique manteau dont il était fier, une chose inattendue se produisit : il se piqua fortuitement avec l’objet d’argent qu’il tenait si gracieusement entre ses doigts. Du sang coula. Ce fut la première fois de sa vie qu’il vécut quelque chose d’aussi intense, d’heureux, quelque chose lui était enfin arrivé. Il voulu le raconter à sa sœur mais celle-ci désormais disparut il n’eut personne avec qui partager sa nouvelle trouvaille. Il venait de faire l’expérience de la douleur physique, à défaut de la douleur morale qu’il pouvait bien ressentir. Ainsi lorsqu’il s’ennuyait se piquait-il le bout des doigts à l’aide de ses aiguilles, comme pour sentir une parcelle de vie en lui, comme pour prouver que ces fines meurtrières avaient le don d’apaiser son esprit et d’éveiller son corps… son corps, il commença à se piquer le corps. Il découvrit rapidement les zones sensibles, les nerfs, les endroits agréables, il devint maître dans l’art des aiguilles et apprit l’acuponcture dont il fit plus tard son métier. Cependant il fut contraint d’arrêter d’exercer librement, les Forces Armées de Répressions le voyaient comme un allier potentiel, mais aussi comme un ennemi… comment pouvait-on être certain qu’un homme aussi dangereux puisse être sincère ? Il fut donc embarqué à l’âge de vingt ans dans l’un de ces laboratoires assassins où il vécut lui aussi à son tour une transformation génétique qu’il perçu comme une malédiction. Les aiguilles, ses seules amies étaient aujourd’hui entrain de le trahir, de souiller sa peau, son sang, son ADN, ses molécules, de la main d’un autre homme que lui et d’une toute autre façon... mais Iwein n’avait pas peur, et se résigna même à y éprouver du plaisir, cherchant à fuir un peu plus tout ce qu’on pouvait ressentir dans ses moments là, imaginant que quelque part, une vie meilleure l’attendrait. Il jura de se venger. C’est ainsi qu’Iwein fut employé mais aussi exploité par les Forces Armées de Répressions, mettant officiellement au service de ceux qui d’après lui sont « de jeunes pourritures » ses dons d’acuponcteurs et de Shifter, qu'il est devenu. Mais la version officieuse est toute autre. En réalité, il torture ces vermines en leur faisant croire qu’il les aide, il les affaiblit, s’infiltre dans leurs réseaux informatiques et rassemble des informations pour un dénommé Lawrence Hill, directeur du pensionnat de Metropolis. Iwein est également en relation avec les Réplicants de l’extérieur et les aide à se forger parmi cet amas de douleur, une existence.



Chronologie

(Dans l'ordre chronologique, à éditer régulièrement, de préférence avec les liens menant aux RP).




Comment avez-vous trouvé le forum ? :

Avez-vous un autre compte ? :
Présence :

Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous inscrire ? :




Code:
[center][img]http://img861.imageshack.us/img861/4784/electrocard15.png[/img][/center]

<table>

<tr><div align="center"><fieldset class="partie1">
<legend class="partie2"><strong>[b]Iwein Eilenbecker[/b]
</strong>
</legend><div align="left">[color=royalblue][b]Nom :[/b][/color] Eilenbecker.
[color=royalblue][b]Prénom :[/b][/color] Iwein.
[color=royalblue][b]Surnom :[/b][/color] Scarlett.
[color=royalblue][b]Âge :[/b][/color] 23 ans.
[color=royalblue][b]Sexe :[/b][/color] Masculin.
[color=royalblue][b]Orientation Sexuelle :[/b][/color]
[color=royalblue][b]Race :[/b][/color] Shifter.
[color=royalblue][b]Clan :[/b][/color] Réplicants.
[color=royalblue][b]Emploi/Occupation :[/b][/color] Citoyen - Acuponcteur.
[color=royalblue][b]Filière :[/b][/color] /.</div>
</fieldset>

<div class="partie3">[b]Description Physique[/b]<br></div><div class="partie4" align="left">
Iwein est ce qu’on pourrait appeler communément un excentrique. Contrairement à son caractère qui se voudrait renfermé, il porte fièrement son accoutrement à mi-chemin entre la poupée de porcelaine, le sorcier vaudou ainsi que le chapelier fou. Et cela lui sied plutôt bien. Il possède également une magnifique chevelure améthyste qu’il entretient rigoureusement comme celle de ses précieuses petites poupées. Il a pris pour habitude de farder ses joues de blanc et de cerner ses yeux d’un violet aussi tendre que celui de ses cheveux. Vous l’aurez compris Iwein aime le violet, cette couleur bâtarde entre le rouge et le bleu, cette couleur qui n’a pas d’identité propre et qui a besoin des autres pour exister. Cette couleur qui lui rappelle combien sa sœur aimait le parfum de la violette les jours d’été. Iwein affectionne également le rouge, symbole du sang qu’il n’hésite pas à faire couler grâce aux aiguilles qu’il utilise. Pour le reste tout n’est qu’accessoire, et il aime les accessoires qui sortent du commun en particulier les chapeaux. Iwein est un jeune homme plutôt grand (environ un mètre quatre vingt huit) à la silhouette squelettique, il nous rappellerait presque ces pèlerins d’autres fois, pris pour des sorciers que l’on brulait alors qu’ils cherchaient l’asile. C’est un personnage qui possède un physique d’antan du à son affection pour les poupées, mais il vit bel et bien dans cette époque d’avancée technologique, il s’agit juste de quelqu’un de décalé, perdu dans son monde. Il se nourrit essentiellement de pommes, il s’agit de son fruit préféré, quoi de plus normal pour quelqu’un de plongé dans le péché ?

</div>

<div class="partie3">[b]Caractère[/b]<br></div><div class="partie4" align="left">
 Avez-vous déjà ressenti, au moins une fois dans votre vie, ce qu’est la douleur ? Avez-vous déjà, après avoir été ne serait-ce que touché partiellement par celle-ci, cherché à la comprendre, à l’analyser ? Avez-vous déjà, au lieu d’étouffer celle-ci par des cris, essayé de la faire taire en apprenant à l’apprivoiser ? L’avez-vous déjà, ne serait-ce qu’un instant, apprécié ? Iwein y est parvenu. Il fait parti de ces êtres humains qui croient éperdument aux vertus de la douleur. Pour lui, elle fait partie intégrante de la vie. Ne plus rien ressentir reste sa plus grande peur, être réduit à l’état de machine… La douleur est ce qui lui permet de rester en vie, de se prouver à lui-même, qu’il ne fait pas encore partie de cette charogne et de cette pourriture que sont les Forces Armées de Répressions à ses yeux. Lorsqu’il se bat pour ses opinions, il aime voir ses victimes choir sous la fine lame de ses aiguilles qui lui servent à exercer son métier d’acuponcteur, il aime entendre ses jouets percer la peau d’un de ces humains pervertis dans un léger craquement discernable lorsque le silence règne en maître, il aime sentir que sa proie va céder… il aime goûter lui aussi au pouvoir que les Forces Armées de Répressions prétendent s’octroyer. Ces êtres impurs. Iwein ne vit que pour faire souffrir… puisque c’est sa propre souffrance qui le maintient en vie.

</div>

<div class="partie3">[b]Histoire[/b]<br></div><div class="partie4" align="left">
Iwein est un jeune homme qui a commencé à porter un lourd traumatisme durant son enfance. Ses parents n’étaient presque jamais présents chez eux en raison d’un travail plutôt important qui les maintenait toujours loin de leurs enfants. Iwein est le cadet de la famille, il possède un frère mais aussi une sœur. Sa sœur était la seule personne qui prenait réellement soin de lui, les autres étant trop occupés par leur propre vie, leur propre avenir, pour voir que derrière eux ils laissaient cet enfant sans repères. Ce n’était pas réellement du déni mais Iwein manquait cruellement d’affection sincère et démontrée. Sa famille le voyait et prenait en compte sa présence, mais son avis n’avait pas d’importance hormis pour sa sœur, il était comme ces poupées faites de porcelaine : Tellement belle en apparence, tellement soignée, mais muette et fragile, consumée de l’intérieur par cette immobilité dont on ne serait saisir l’expression. Sa sœur mourut d’une maladie grave qui sévit un hiver, et Iwein se retrouva définitivement plongé dans sa solitude, face à son cauchemar. Il se renferma sur lui-même et trouva refuge auprès de ces objets de porcelaine qu’il affectionnait tant : ses poupées. Peu à peu il se créa sa propre famille, sa vrai famille, se servant de multiples matériaux pour leur créer des habits, des endroits où vivre, des… souvenirs ? Iwein était comme elles. Il voulait se créer des souvenirs, de beaux souvenirs qu’il aurait le loisir de ne partager qu’avec elles… ses souvenirs. Lorsqu’un jour, confectionnant un magnifique manteau dont il était fier, une chose inattendue se produisit : il se piqua fortuitement avec l’objet d’argent qu’il tenait si gracieusement entre ses doigts. Du sang coula. Ce fut la première fois de sa vie qu’il vécut quelque chose d’aussi intense, d’heureux, quelque chose lui était enfin arrivé. Il voulu le raconter à sa sœur mais celle-ci désormais disparut il n’eut personne avec qui partager sa nouvelle trouvaille. Il venait de faire l’expérience de la douleur physique, à défaut de la douleur morale qu’il pouvait bien ressentir. Ainsi lorsqu’il s’ennuyait se piquait-il le bout des doigts à l’aide de ses aiguilles, comme pour sentir une parcelle de vie en lui, comme pour prouver que ces fines meurtrières avaient le don d’apaiser son esprit et d’éveiller son corps… son corps, il commença à se piquer le corps. Il découvrit rapidement les zones sensibles, les nerfs, les endroits agréables, il devint maître dans l’art des aiguilles et apprit l’acuponcture dont il fit plus tard son métier. Cependant il fut contraint d’arrêter d’exercer librement, les Forces Armées de Répressions le voyaient comme un allier potentiel, mais aussi comme un ennemi… comment pouvait-on être certain qu’un homme aussi dangereux puisse être sincère ? Il fut donc embarqué à l’âge de vingt ans dans l’un de ces laboratoires assassins où il vécut lui aussi à son tour une transformation génétique qu’il perçu comme une malédiction. Les aiguilles, ses seules amies étaient aujourd’hui entrain de le trahir, de souiller sa peau, son sang, son ADN, ses molécules, de la main d’un autre homme que lui et d’une toute autre façon... mais Iwein n’avait pas peur, et se résigna même à y éprouver du plaisir, cherchant à fuir un peu plus tout ce qu’on pouvait ressentir dans ses moments là, imaginant que quelque part, une vie meilleure l’attendrait. Il jura de se venger. C’est ainsi qu’Iwein fut employé mais aussi exploité par les Forces Armées de Répressions, mettant officiellement au service de ceux qui d’après lui sont « de jeunes pourritures » ses dons d’acuponcteurs et de Shifter, qu'il est devenu. Mais la version officieuse est toute autre. En réalité, il torture ces vermines en leur faisant croire qu’il les aide, il les affaiblit, s’infiltre dans leurs réseaux informatiques et rassemble des informations pour un dénommé Lawrence Hill, directeur du pensionnat de Metropolis. Iwein est également en relation avec les Réplicants de l’extérieur et les aide à se forger parmi cet amas de douleur, une existence.

</div>

<div class="partie3">[b]Chronologie[/b]<br></div><div class="partie4" align="left">
(Dans l'ordre chronologique, à éditer régulièrement, de préférence avec les liens menant aux RP).

</div>

<div class="partie5" align="left">
[color=royalblue][b]Comment avez-vous trouvé le forum ? :[/b][/color]

[color=royalblue][b]Avez-vous un autre compte ? :[/b][/color]
[color=royalblue][b]Présence :[/b][/color]

[color=royalblue][b]Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous inscrire ? :[/b][/color]
<br></div></div>
</tr></table>


Avatar :

Code:
[img]http://i.imgur.com/BGrcY.jpg[/img]


Image d'origine :
Spoiler:
 



[Lzn02 - The Doll's Death]

_________________
Les discours moralisateurs sont souvent là pour cacher ses propres vices.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Iwein Eilenbecker [Citoyen - Acuponcteur] ~ Le Diable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Metropolis :: Before the Dawn :: 
Victims of Science
 :: 
Personnages Prédéfinis
-