Metropolis

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Samaël Darcia [Gouverneur de Metropolis et Chef incontesté des FAR] ~ Le Mat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


▪ Date de naissance : 01/01/1912
▪ Âge : 105
▪ Messages : 38
▪ Date d'inscription : 14/02/2011

MessageSujet: Samaël Darcia [Gouverneur de Metropolis et Chef incontesté des FAR] ~ Le Mat   Dim 17 Juil - 8:20







Samaël Darcia

Nom : Darcia Eo'Sandrans - plus simplement Darcia.
Prénom : Samaël.
Surnom :
Âge : 31 ans.
Sexe : Masculin.
Orientation Sexuelle : Non Intéressé.
Race : Aucune.
Clan : Forces Armées de Répression.
Emploi/Occupation : Gouverneur de Metropolis, Chef militaire des FAR.
Filière : /



Description Physique

Le Mat.

Tu porteras la chair immonde d’une créature damnée. Pâle et sinistre, à l’image de la Mort. A l’agonie, malade de ton sourire moqueur et infortuné. Caché par l’éternel masque des remords. Il y a en toi la cicatrice d’une justice trompeuse, déchirant ton visage de porc infâme. Et sur ton cœur de bourreau débauché, n’y règnera que quelques écrits haineux incrustés sur le marbre tombal. Je te condamne à porter le regard qu’ont les misérables à la recherche d’une rédemption, arborant le gris sombre et froid de la désolation. Maître du tourment et de l’abomination, aux iris glacials semblable aux victimes de ta corruption. Tu n’es que vers rampant dans un monde qui n’est plus tien, laissant paraitre le risible et pathétique contraire. Car tu te veux Roi, puissant, et de plus fort carrure que ton sombre adversaire, celui au regard azur qui t’amuse tant. Tes lèvres poisseuses et déteintes ont prononcé ce nom avec tant de sarcasme et de dégoût. Ta main, puissante, se glisse sur ta chevelure crayeuse qui blanchit au fil des saisons. Être monochrome et affublé de parures princières, tu n’es qu’une caricature du Roi Soleil dans un royaume indécent.

Tel le Joueur de flûte de Hamelin, tu as séduit ton jeune peuple aveugle et ignorant.

Tu les guides vers l’illusion d’un paradis certain, masquant l’abattoir sanglant qui les attend.




Caractère

« Que protèges-tu Lawrence ? Sous ton aile noire se tapit des bêtes. Des hommes dis-tu. Ou le criminel déchirant l’innocence de l’enfant dans les sentines de Metropolis. Je ne suis pas plus ignoble que les autres, regarde. Le monde autour de toi est corrompu. J’entends la débauche et l’affront tacher la justice, la prostitution et la drogue prospérer dans la déperdition. Derrière l’esprit des tes frères se cache déjà un démon. La pauvreté est grandissante, la misère absolue. Le riche écrase le mendiant, et les hôpitaux ne servent plus de nobles intentions. La guerre est sanglante et la criminalité en constante hausse. Que protèges-tu Lawrence ? Des hommes ? Des bêtes ? Car sous chaque preuve d’amour je ne vois que l’envie dévorante de connaitre la luxure, et sous chaque don un prétexte pour y épanouir son orgueil. Les prisons grouillent d’animaux colériques en soif de puissance. Voile donc ton regard sur ces belles exécrations. Les mères vendent leur progéniture au Diable comme un oiseau fuit de son nid devant le serpent. Il n’y a plus de paix ni de principe dans cette humanité que tu affectionnes tant.

Ils ne sont que déchets qui salissent un beau monde, et Vois. Les plus ignorants me suivent sans se poser de questions. La peur les guide enfin vers de meilleurs chemins. Tes ancêtres ont réservé aux meurtriers la peine de mort. D’autres les incarcèrent : La honte attend sagement sa libération pour répandre doucement la terreur auprès des innocents. [...] Les enfants que j’observe ne sont que futurs aberrations. La science est pour ce monde ce que la bible est pour un moine : Des vérités libératrices. J’épargne le noble vivant, souris, animaux et insectes. Je place l’homo sapiens sur la table d’opération. Par pur plaisir de renvoyer à notre espèce la monnaie de sa pièce. Par pur envie de voir jusqu’où le vice et l’égoïsme peut ébranler une civilisation. Pour l’espoir de voir naitre de mes mains une génération plus droite. Quelle honte me diras-tu. Je suis un scientifique qui teste et observe dans un esprit joueur et mauvais perdant. Le monde est dans mon éprouvette.

Sache que les dons que j’offre sont une arme que je pose dans les mains d’une mère devant le pédophile qui a prit son enfant. Ou encore le fusil que je donne aux gueux pour assassiner les plus arrogants. Je restaure une bonne justice et je laisse aux plus misérables le choix d’engager leur vendetta. Je prodigue en bon miséricordieux une défense pour les plus implorants. Et mieux encore : Je bafoue l’éthique et devient un prétexte de fraternité : « Associez-vous pour me tuer... » Nie donc, j’ai fait de toi ce que tu es maintenant. Un homme qui lutte pour la liberté. Et sans moi tu n’aurais été qu’une proie des autorités. Si je meurs un autre me remplacera, peut-être plus méprisable que moi. Et tu le sais. Tu me tueras peut-être mais tu n’abattras jamais infamie régnante sur ces terres désolées.

J’ai tout gagné Lawrence. J’ai crée une génération plus puissante et plus calme, vivant dans la peur de contrarier les FAR, et des liens plus forts que celui du sang se forment dans la révolte naissante. J’ai tout gagné. Les plus lâches tentent de me satisfaire et m’obéissent. Les plus rebelles se sont unis ensemble comme la plus soudée des familles afin de m’occire. Je suis devenue une préoccupation dérangeante dans les prisons comme dans les écoles. Il n’y a plus des criminalités mais UNE criminalité : la mienne. J’ai fait avancer la connaissance plus que mes ancêtres. Les maladies jadis incurables ne sont plus que des rhumes négligeables et le peuple s’amusent du cancer.


Je ris en pensant qu’à l’heure où je parle, tes camarades utilisent les capacités que je leur ai prodiguées pour tenter de m’assassiner !»




Histoire

Il gisait là, sur un fauteuil. Sa tête penché, il observait les lignes. Les chiffres. Le nombre de zéro. Les virgules et les pourcentages. L’arithmétique et les statistiques. Les dates aussi. Il posa l’ouvrage. Attendit un instant, perplexe. Il referma le livre.

- Papa ? Quand il y a neuf zéro derrière un, ça fait combien ?
- Ça fait un milliard.
- Oh… C’est beaucoup ?
- Oh oui !
- Et quand il y a douze zéro ?
- Mille milliard. Pourquoi mon fils ?
- Comme ça…


Une minute, son sourcil se leva et ses phalanges diaphanes attrapèrent l’ancien manuel. Les pages défilèrent et son œil s’arrêta sur un article. Il n’avait que huit ans et avait besoin de temps pour lire des mots aussi complexes. Certains mots lui trottaient dans sa tête et il n’osait poser la question. Il se disait encore enfant pour appréhender des données pareilles. Dictionnaire. Vite, un dictionnaire !

Il était orgueilleux et ne supportait pas l’incompréhension. Son père s’informait, des images de braquage, d’émeutes, de guerres défilaient sur l’écran de la télévision. Des sons barbares, des syllabes brouillées. On parle parfois de proxénétisme sans vraiment savoir ce que c’est. Car un homme qui sait est un homme puissant, son paternel le savait bien.

Il avait prit le temps de rédiger ce qu’il comprenait sur un carnet. Au début, ce n’était qu’un mot qui l’intriguait. Et ce mot demandait d’en comprendre un autre. Il ne perdait pas de vue l’intérêt pour les chiffres, ceux qu’il a vu sur le premier livre, vous le savez. Mais ce n’est qu’un enfant et les enfants aiment les images aussi. Il ne saisissait pas toujours ce qu’elles pouvaient représenter. Il s’amusait aussi à rechercher le beau pelage des tigres sur les feuilles imprimées. Ou encore des buissons convoités pour leur feuillage et non pour leurs fleurs. Un sourire satisfait se dessine sur les jeunes lèvres.

- Papa, je comprends les chiffres !
- Oh ! Et bien dis-moi tout !
- Non lis !


Un petit carnet s’ouvre devant ses yeux, les fameux numéros s’affichent à coté de leur signification. Il lisait en silence le visage blême.



« Chiffre d’affaires de la pornographie enfantine mondiale : 20 000 000 000$
Chiffre d’affaire du trafic d’être humain mondiale : 32 000 000 000$
Chiffre d’affaire du trafic de stupéfiant dans le monde : 400 000 000 000$
Chiffre d’affaire de la prostitution dans le monde : 100 000 000 000$
Chiffre d’affaire du trafic d’arme dans le monde : 120 000 000 000$
Chiffre d’affaire du braconnage dans le monde : 15 000 000 000$
Somme détournée dans le monde : 1 000 000 000 000$
[…]»


- M… Mon fils, où t’as trouvé ça ?

Il lui pointait un livre, le fameux manuel de la criminologie. Papa avait oublié de cacher ça. Il lui offrit quelques gâteries et lui demanda de jouer dans sa chambre. Regarde mon fils, il y a des contes de fées truffés de mensonges ici, avec des images moins affolantes. Mais ne t’inquiète pas, à dix-huit ans ces histoire de princesses prostituées, de dragons en costard et de chevaliers en prison, tu les liras aussi.


***

Il embrassa son enfant, prit le carnet et s’en alla de la demeure familiale à sept heure, comme tous les jours. Sa voiture fila jusqu’au centre ville, à l’Ambassade où toute la journée il siègera comme tout homme politique, autour d’une table à discuter d’affaires et d’argent. Le carnet de Samaël entre ses mains, il observait les lignes. Les chiffres. Le nombre de zéro. Les virgules et les pourcentages. L’arithmétique et les statistiques. Les dates aussi. Il posa le cahier. Attendit un instant, perplexe. Il referma celui-ci. Un homme en noir s’approcha et lui murmura à son oreille.

- La négociation a fonctionné, vous recevrez les 3 000 000 000$. La transaction se fera ce soir à trois heures du matin.
- Bien. Demandez au pôle scientifique au sous-sol de préparer la cargaison…


Il caressait du bout des doigts le nom de son enfant inscrit sur la couverture du carnet. Rictus enchanté.


- Tu es fait pour être l’héritier, Samaël.




Test RP

Pour ce personnage, nous vous demanderons en plus d'une rédaction complète des trois autres parties, un test rp. Cette étape est obligatoire.

Le sujet est libre, le nombre de ligne aussi. Mais vous devez rédiger un texte, un rp que pourrait avoir Samaël. Si cette partie vous bloque, je pourrais vous offrir quelques idées à condition que vous m'alertez par MP.



Chronologie

(Dans l'ordre chronologique, à éditer régulièrement, de préférence avec les liens menant aux RP).




Comment avez-vous trouvé le forum ? :

Avez-vous un autre compte ? :
Présence : ACTIF

Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous inscrire ? :




Code:
[center][img]http://img109.imageshack.us/img109/2641/armoria.png[/img]

[img]http://img851.imageshack.us/img851/6458/mat.png[/img][/center]

<table>

<tr><div align="center"><fieldset class="partie1">
<legend class="partie2"><strong>[b]Samaël Darcia[/b]
</strong>
</legend><div align="left">[color=royalblue][b]Nom :[/b][/color] Darcia Eo'Sandrans - plus simplement Darcia.
[color=royalblue][b]Prénom :[/b][/color] Samaël.
[color=royalblue][b]Surnom :[/b][/color]
[color=royalblue][b]Âge :[/b][/color] 31 ans.
[color=royalblue][b]Sexe :[/b][/color] Masculin.
[color=royalblue][b]Orientation Sexuelle :[/b][/color] Non Intéressé.
[color=royalblue][b]Race :[/b][/color] Aucune.
[color=royalblue][b]Clan :[/b][/color] Forces Armées de Répression.
[color=royalblue][b]Emploi/Occupation :[/b][/color] Gouverneur de Metropolis, Chef militaire des FAR.
[color=royalblue][b]Filière :[/b][/color] / </div>
</fieldset>

<div class="partie3">[b]Description Physique[/b]<br></div><div class="partie4" align="left">
[color=white][font=Courier New]Le Mat.

Tu porteras la chair immonde d’une créature damnée. Pâle et sinistre, à l’image de la Mort. A l’agonie, malade de ton sourire moqueur et infortuné. Caché par l’éternel masque des remords. Il y a en toi la cicatrice d’une justice trompeuse, déchirant ton visage de porc infâme. Et sur ton cœur de bourreau débauché, n’y règnera que quelques écrits haineux incrustés sur le marbre tombal. Je te condamne à porter le regard qu’ont les misérables à la recherche d’une rédemption, arborant le gris sombre et froid de la désolation. Maître du tourment et de l’abomination, aux iris glacials semblable aux victimes de ta corruption. Tu n’es que vers rampant dans un monde qui n’est plus tien, laissant paraitre le risible et pathétique contraire. Car tu te veux Roi, puissant, et de plus fort carrure que ton sombre adversaire, celui au regard azur qui t’amuse tant. Tes lèvres poisseuses et déteintes ont prononcé ce nom avec tant de sarcasme et de dégoût. Ta main, puissante, se glisse sur ta chevelure crayeuse qui blanchit au fil des saisons. Être monochrome et affublé de parures princières, tu n’es qu’une caricature du Roi Soleil dans un royaume indécent.

Tel le Joueur de flûte de Hamelin, tu as séduit ton jeune peuple aveugle et ignorant.

Tu les guides vers l’illusion d’un paradis certain, masquant l’abattoir sanglant qui les attend. [/font][/color]

</div>

<div class="partie3">[b]Caractère[/b]<br></div><div class="partie4" align="left">
[font=Courier New][color=white]« Que protèges-tu Lawrence ? Sous ton aile noire se tapit des bêtes. Des hommes dis-tu. Ou le criminel déchirant l’innocence de l’enfant dans les sentines de Metropolis. Je ne suis pas plus ignoble que les autres, regarde. Le monde autour de toi est corrompu. J’entends la débauche et l’affront tacher la justice, la prostitution et la drogue prospérer dans la déperdition.  Derrière l’esprit des tes frères se cache déjà un démon. La pauvreté est grandissante, la misère absolue. Le riche écrase le mendiant, et les hôpitaux ne servent plus de nobles intentions.  La guerre est sanglante et la criminalité en constante hausse. Que protèges-tu Lawrence ? Des hommes ? Des bêtes ? Car sous chaque preuve d’amour je ne vois que l’envie dévorante de connaitre la luxure, et sous chaque don un prétexte pour y épanouir son orgueil. Les prisons grouillent d’animaux colériques en soif de puissance. Voile donc ton regard sur ces belles exécrations. Les mères vendent leur progéniture au Diable comme un oiseau fuit de son nid devant le serpent. Il n’y a plus de paix ni de principe dans cette humanité que tu affectionnes tant.

Ils ne sont que déchets qui salissent un beau monde, et Vois. Les plus ignorants me suivent sans se poser de questions. La peur les guide enfin vers de meilleurs chemins. Tes ancêtres ont réservé aux meurtriers la peine de mort. D’autres les incarcèrent : La honte attend sagement sa libération pour répandre doucement  la terreur auprès des innocents. [...] Les enfants que j’observe ne sont que futurs aberrations. La science est pour ce monde ce que la bible est pour un moine : Des vérités libératrices. J’épargne le noble vivant, souris, animaux et insectes. Je place l’homo sapiens sur la table d’opération. Par pur plaisir de renvoyer à notre espèce la monnaie de sa pièce. Par pur envie de voir jusqu’où le vice et l’égoïsme peut ébranler une civilisation. Pour l’espoir de voir naitre de mes mains une génération plus droite. Quelle honte me diras-tu. Je suis un scientifique qui teste et observe dans un esprit joueur et mauvais perdant. Le monde est dans mon éprouvette.

Sache que les dons que j’offre sont une arme que je pose dans les mains d’une mère devant le pédophile qui a prit son enfant. Ou encore le fusil que je donne aux gueux pour assassiner les plus arrogants. Je restaure une bonne justice et je laisse aux plus misérables le choix d’engager leur vendetta. Je prodigue en bon miséricordieux une défense pour les plus implorants. Et mieux encore : Je bafoue l’éthique et devient un prétexte de fraternité : « Associez-vous pour me tuer... »  Nie donc, j’ai fait de toi ce que tu es maintenant. Un homme qui lutte pour la liberté. Et sans moi tu n’aurais été qu’une proie des autorités. Si je meurs un autre me remplacera, peut-être plus méprisable que moi. Et tu le sais. Tu me tueras peut-être mais tu n’abattras jamais infamie régnante sur ces terres désolées.

J’ai tout gagné Lawrence. J’ai crée une génération plus puissante et plus calme, vivant dans la peur de contrarier les FAR, et des liens plus forts que celui du sang se forment dans la révolte naissante. J’ai tout gagné. Les plus lâches tentent de me satisfaire et m’obéissent. Les plus rebelles se sont unis ensemble comme la plus soudée des familles afin de m’occire. Je suis devenue une préoccupation dérangeante dans les prisons comme dans les écoles. Il n’y a plus des criminalités mais UNE criminalité : la mienne.  J’ai fait avancer la connaissance plus que mes ancêtres. Les maladies jadis incurables ne sont plus que des rhumes négligeables et le peuple s’amusent du cancer.


[i]Je ris en pensant qu’à l’heure où je parle, tes camarades utilisent les capacités que je leur ai prodiguées pour tenter de m’assassiner ![/i]»[/font][/color]

</div>

<div class="partie3">[b]Histoire[/b]<br></div><div class="partie4" align="left">
[font=Times New Roman][color=white]Il gisait là, sur un fauteuil.  Sa tête penché, il observait les lignes. Les chiffres. Le nombre de zéro. Les virgules et les pourcentages. L’arithmétique et les statistiques. Les dates aussi. Il posa l’ouvrage. Attendit un instant, perplexe. Il referma le livre.

[i]- Papa ? Quand il y a neuf zéro derrière un, ça fait combien ?
- Ça fait un milliard.
- Oh… C’est beaucoup ?
- Oh oui !
- Et quand il y a douze zéro ?
- Mille milliard. Pourquoi mon fils ?
- Comme ça…[/i]

Une minute, son sourcil se leva et ses phalanges diaphanes attrapèrent l’ancien manuel. Les pages défilèrent et son œil s’arrêta sur un article. Il n’avait que huit ans et avait besoin de temps pour lire des mots aussi complexes. Certains mots lui trottaient dans sa tête et il n’osait poser la question.  Il se disait encore enfant pour appréhender des données pareilles.  Dictionnaire. Vite, un dictionnaire !

Il était orgueilleux et ne supportait pas l’incompréhension. Son père s’informait, des images de braquage, d’émeutes, de guerres défilaient sur l’écran de la télévision. Des sons barbares, des syllabes brouillées. On parle parfois de proxénétisme sans vraiment savoir ce que c’est. Car un homme qui sait est un homme puissant, son paternel le savait bien.

Il avait prit le temps de rédiger ce qu’il comprenait sur un carnet. Au début, ce n’était qu’un mot qui l’intriguait. Et ce mot demandait d’en comprendre un autre. Il ne perdait pas de vue l’intérêt pour les chiffres, ceux qu’il a vu sur le premier livre, vous le savez. Mais ce n’est qu’un enfant et les enfants aiment les images aussi. Il ne saisissait pas toujours ce qu’elles pouvaient représenter. Il s’amusait aussi à rechercher le beau pelage des tigres sur les feuilles imprimées. Ou encore des buissons convoités pour leur feuillage et non pour leurs fleurs.  Un sourire satisfait se dessine sur les jeunes lèvres.

[i]- Papa, je comprends les chiffres !
- Oh ! Et bien dis-moi tout !
- Non lis ![/i]

Un petit carnet s’ouvre devant ses yeux, les fameux numéros s’affichent à coté de leur signification. Il lisait en silence le visage blême.


<div align="center"><div style="text-decoration: none; color:#999999; -moz-border-radius:10px; -webkit-border-radius: 10px 10px 10px 10px; border: 2px solid #0E3C4E; background-color: #070707; padding-left: 10px; padding-right: 10px; width: 400px;">
[center][font=Times New Roman][color=white]« Chiffre d’affaires de la pornographie enfantine mondiale : 20 000 000 000$
Chiffre d’affaire du trafic d’être humain mondiale : 32 000 000 000$
Chiffre d’affaire du trafic de stupéfiant dans le monde : 400 000 000 000$
Chiffre d’affaire de la prostitution dans le monde : 100 000 000 000$
Chiffre d’affaire du trafic d’arme dans le monde : 120 000 000 000$
Chiffre d’affaire du braconnage dans le monde : 15 000 000 000$
Somme détournée dans le monde : 1 000 000 000 000$
[…]»[/color][/font][/center]
</div></div>

[i]- M… Mon fils, où t’as trouvé ça ?[/i]

Il lui pointait un livre, le fameux manuel de la criminologie. Papa avait oublié de cacher ça. Il lui offrit quelques gâteries et lui demanda de jouer dans sa chambre. Regarde mon fils, il y a des contes de fées truffés de mensonges ici, avec des images moins affolantes. Mais ne t’inquiète pas, à dix-huit ans ces histoire de princesses prostituées, de dragons en costard et de chevaliers en prison, tu les liras aussi.


[center]***[/center]

Il embrassa son enfant, prit le carnet et s’en alla de la demeure familiale à sept heure, comme tous les jours. Sa voiture fila jusqu’au centre ville, à l’Ambassade où toute la journée il siègera comme tout homme politique, autour d’une table à discuter d’affaires et d’argent. Le carnet de Samaël entre ses mains, il observait les lignes. Les chiffres. Le nombre de zéro. Les virgules et les pourcentages. L’arithmétique et les statistiques. Les dates aussi. Il posa le cahier. Attendit un instant, perplexe. Il referma celui-ci. Un homme en noir s’approcha et lui murmura à son oreille.

[i]- La négociation a fonctionné, vous recevrez les 3 000 000 000$. La transaction se fera ce soir à trois heures du matin.
- Bien. Demandez au pôle scientifique au sous-sol de préparer la cargaison…[/i]

Il caressait du bout des doigts le nom de son enfant inscrit sur la couverture du carnet. Rictus enchanté.


[i]- Tu es fait pour être l’héritier, Samaël.[/i][/color][/font]

</div>

<div class="partie3">[b]Test RP[/b]<br></div><div class="partie4" align="left">
Pour ce personnage, nous vous demanderons en plus d'une rédaction complète des trois autres parties, un test rp. [color=red]Cette étape est obligatoire.[/color]

Le sujet est libre, le nombre de ligne aussi. Mais vous devez rédiger un texte, un rp que pourrait avoir Samaël. Si cette partie vous bloque, je pourrais vous offrir quelques idées à condition que vous m'alertez par MP.

</div>

<div class="partie3">[b]Chronologie[/b]<br></div><div class="partie4" align="left">
(Dans l'ordre chronologique, à éditer régulièrement, de préférence avec les liens menant aux RP).

</div>

<div class="partie5" align="left">
[color=royalblue][b]Comment avez-vous trouvé le forum ? :[/b][/color]

[color=royalblue][b]Avez-vous un autre compte ? :[/b][/color]
[color=royalblue][b]Présence :[/b][/color] [b][color=red]ACTIF[/color][/b]

[color=royalblue][b]Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous inscrire ? :[/b][/color]
<br></div></div>
</tr></table>


Avatar :

Code:
[img]http://img651.imageshack.us/img651/1862/avasamael.png[/img]


Signature :

Code:
[img]http://img199.imageshack.us/img199/894/signasamael.png[/img]


Image d'origine :
Spoiler:
 



[Lzn02 - Nano Soldier]






Dernière édition par Messiah le Ven 22 Juil - 4:53, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Samaël Darcia [Gouverneur de Metropolis et Chef incontesté des FAR] ~ Le Mat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Metropolis :: Before the Dawn :: 
Victims of Science
 :: 
Personnages Prédéfinis
-